D’ici la fin de l’année 2018, les systèmes de chauffage des 1500 bâtiments publiques de la ville de Paris seront gérés par des systèmes informatisés. Un investissement lourd d’environ 15 millions de d’euros qui pourrait permettre de réduire la consommation énergétique du pays.

On dénombre déjà plus de 2000 capteurs qui sont disposés dans les systèmes de chauffage d’écoles, de crèches et autres, dont la ville est en charge. Avant que 2018 ne s’achève, les autorités de la ville certifient qu’il y en aura déjà une dizaine de milliers de ces appareils distribués sur 1500 bâtisses publiques. (voir a ce propos : La consommation électrique moyenne en région parisienne) Des capteurs qui renseigneront en temps et en heure sur le niveau de température, ce qui permettra de contrôler les consommations et d’agir facilement en cas de problème ou de panne. Ce mécanisme de gestion énergétique est le résultat d’un labeur entamé depuis 2016.

Contrôlable à partir de tablettes ou de smartphones

Les gestionnaires de chauffage de Paris ont, tour à tour, reçu une tablette ou un smartphone, qui leur donne la possibilité de contrôler et de manipuler les systèmes de chauffage sans avoir besoin de se déplacer. Cela leur permet aussi de prévoir le matériel requis et indispensable lorsqu’est nécessaire un dépannage manuel. Le document de bord est très chargé et très compliqué, car l’installation de cet équipement est une innovation sur le plan technologique ; affirme Jean-Louis Missika, chargé de l’essor économique et de l’urbanisme à Paris. Ce dernier a fait, le 8 mars dernier, la présentation de ce dispositif qui permet même de réduire la facture énergétique des chauffages central fioul. L’ensemble des données rassemblées seront conservées sur un site unique ; ce qui en facilitera la comparaison et la régulation.

Près de deux millions d’Euros de moins chaque année

Étant donné sa portée, le projet implique plus de 2000 systèmes de chauffage compris dans 3,2 millions de m2. Grande innovation, le projet mené par la société Eiffage Energie est budgétisé à 15 millions d’Euros. Et, d’après les affirmations des autorités parisiennes, ce dernier conduira à économiser au moins 7% sur la facture énergétique de la ville ; ce qui fera 2 millions d’euros par ans.

Cette initiative s’assimile comme l’une des premières pierres permettant d’atteindre les objectifs du plan climat que s’est fixé le pays. Les chaudières qui seront de plus en plus en plus substituées, permettront d’éradiquer les systèmes de chauffage à énergie fossile au profit des types de chauffages de type électrique.